Yellowman à De Casino, Sint-Niklaas
Yellowman à De Casino, Sint-Niklaas

Samedi 1er Juin, nous étions au concert du King Yellowman à Sint-Niklaas en Belgique. De ce show incroyable, nous vous avons ramené quelques photos souvenirs à partager avec vous.

Auteur : Ben Peronne
Publié le 05 juin 2019

Roi du Dancehall dans les années 80, le jamaïcain Yellowman est entré dans la légende de la musique jamaïcaine avec des titres comme Zungguzungguguzungguzeng, Mr Chin ou encore Lost Mi Lover.

Après avoir fait face à des moments que l'on imagine douloureux, le DJ ayant dû affronter la maladie... rien ne semble pourtant pouvoir l'arrêter. Et c'est à l'occasion d'une tournée européenne que nos routes se croisent en ce début du mois de Juin 2019.

De Casino, Concertzaal : rien ne va plus, faites vos jeux !

Entre nous, qui aurait parié sur cette soirée ? On ne va pas se mentir, le roi du dancehall a perdu de sa superbe. Sa voix n'est plus ce qu'elle a été (et qui oserait le lui reprocher après ce qu'il a traversé ?). La structure qui l'accueille est une petite salle de province en Belgique. La page de l'event sur Facebook annonce à peine 70 spectateurs "intéressés"... Mais notre envie de découvrir sur scène la légende du Rub-a-Dub est plus forte.

Il est à peine 19H00 quand nous arrivons sur place. Nous découvrons le lieu. Surprise ! La salle se trouve à l'étage, au dessus d'un bar/restaurant à la déco plutôt sympa. Il fait chaud, plus de 30°c ! Mais tout va bien, il y a un parc tout autour et des tables en terrasse pour nous aider à patienter. On s'installe donc tranquillement autour d'une Duvel ou d'une Westmalle Triple.

L'heure approche, nous nous dirigeons donc à l'intérieur pour découvrir la salle qui se trouve à l'étage. Une dizaine de spectateurs se trouve là et le binôme Soul Shakers est en place derrière ses platines pour assurer le warm-up. De Mr. Vegas à Jah Mali en passant par Barrington Levy ou encore l'incontournable Bob Marley, les titres s'enchaînent tranquillement. Progressivement la salle se remplit. L'ambiance est fraternelle et décontractée.

Longue vie au Coach Yellowman !

Il est très précisément 21H00, quand The Sagittarius - le groupe de Yellowman - monte sur la scène et entame un tour de chauffe sur le Fade Away riddim.

Et Yellowman fait son entrée, prêt à nous délivrer une séance de cardio-training des plus enthousiasmante. L'homme est affûté ! La casquette vissée sur la tête, chaussures de running aux pieds, short et t-shirt jaune fluo arborant son légendaire anthem "Zungguzungguguzungguzeng", il salue généreusement son public.

Nobody move, nobody get hurt ! Le show peut commencer. Le DJ est en grande forme, il court d'un bout à l'autre de la scène et bondit dans tous les sens. Sa fille K'Reema vient le rejoindre, le duo père-fille fait plaisir à voir, leur complicité est évidente et on se régale de les voir distribuer autant de bonnes vibrations. Le morceau se termine, la jeune chanteuse laisse son père aux commandes. Il est gonflé à bloc et enquille les classiques : One scotch One Bourbon, Keep On Moving. Immédiatement et dans la foulée, Yellowman est rejoint à nouveau par sa fille qui entame avec lui une version DJ du hit de Dawn Penn, No No No, You don't love me and I know now.

De nouveau seul sur scène, le fougueux Yellowman quitte son costume d'athlète pour endosser celui de sexologue. Au programme : prévention et "tuto capote", le doc nous fait une démonstration sur l'art d'enfiler un préservatif.

C'est un véritable bonheur d'être là ce soir. Le public est chaleureux, le groupe joue bien et Yellowman est grandiose. Letter To Rosey, Come back darling, Ina Dis Ya Time, Bam Bam, Mad Over Me, les classiques s'enchainent et bien entendu le King conclu le set avec Zungguzungguguzungguzeng.

Les Sagittarius font tourner le riddim pendant que Yellowman sert les mains du public installé au premier rang. De l'amour, rien que de l'amour ! Une admiratrice demande au roi du dancehall de lui dédicacer deux de ses LPs. Le DJ s'exécute et pour le remercier, celle-ci lui offre une danse endiablée. Elle entre en transe sous les encouragements du public et les regards amusés de Yellowman et de sa fille.

Le show est fini ! Nous restons ébahis par ce moment que nous venons de vivre. Proximité, énergie, humour & amour, c'est comme ça que l'on pourrait résumer cette soirée. Foncez voir le King Yellowman sur scène dès que vous en aurez l'occasion, vous vivrez un moment magique et intense.

Vous aimez le Dancehall, vous pourriez être intéressés par